Un jeune, sans diplôme d’études secondaires, ni qualification reconnue.

ados

Risque davantage:

  • de se retrouver en situation de précarité financière (chômage ou prestation d'aide sociale);
  • d'éprouver des sentiments d'exclusion;
  • de s'associer à des pairs déviants et de faire partie de la population carcérale;
  • de vivre avec un manque de confiance en soi et d'avoir une piètre estime personnelle;
  • de faire une dépression ou d'avoir des problèmes de santé (les décrocheurs auraient une espérance de vie plus courte que les diplômés).

Et socialement :

  • il aura tendance à moins participer à la vie citoyenne (voter, faire du bénévolat, etc.);
  • il risque d'utiliser des services sociaux reliés à la santé, à la réinsertion, etc., et ainsi coûter plus cher à la société;
  • En tant que travailleur non qualifié, il participe peu au développement économique de leur région.

Persévérer jusqu'à l'obtention d'un premier diplôme ou d'une qualification permet donc d'accéder à une meilleure qualité de vie en occupant les meilleurs emplois. Selon des estimations d'Emploi-Québec pour les années 2009 à 2019**, ce sont d'ailleurs, dans l'ordre, les emplois nécessitant des niveaux de compétences professionnelles (diplôme universitaire, excluant le secteur de la gestion, qui constitue à lui seul un niveau de compétence) et techniques (diplôme de techniques d'études collégiales ou diplôme d'études professionnelles) qui connaîtront les plus fortes croissances. Il n'y a plus de doute : pour s'inscrire gagnant, tant personnellement que socialement, il faut définitivement un diplôme ou une formation qualifiante!

(Source CREVALE.ORG)

** Le marché du travail au Québec, perspectives à long terme, 2010-2019, novembre